Alcool et sécurité routière: tout ce que vous devez savoir

Actuellement, environ 80% des Québécois consomment des boissons alcoolisées. Certes, ces dernières peuvent être de mise pour souligner des événements comme un mariage ou un anniversaire. Toutefois, il faut rester conscient des risques encourus suite à leur consommation.

À titre informatif, sachez que plus de 40% des décès répertoriés sur les routes québécoises sont occasionnés par l’alcool au volant. Ce point soulève alors de multiples questions dont: qu’est-ce que la conduite avec facultés affaiblies? Quelles en sont les conséquences sur la sécurité routière? Quelles sont les sanctions en découlant? Voici tout ce que vous devez savoir.

Alcool au volant et sécurité routière

Au Québec, bien que le taux d’alcoolémie toléré au volant soit de 0,08, il est à noter qu’une tolérance zéro est appliquée pour les moins de 22 ans, les apprentis conducteurs ou les titulaires d’un permis probatoire.

À ce stade, il est important de mentionner que ces réglementations se rapportent aussi bien aux conducteurs de voiture que de motos ou même de tracteurs. Mais, pourquoi de telles restrictions? La consommation de boissons alcoolisées génère bien des effets secondaires comme notamment des risques de somnolence, une diminution des réflexes, une baisse de l’attention, une altération des sens (vision, audition) ou encore un manque de coordination des mouvements.

Les conséquences sont alors désastreuses puisqu’une personne enivrée peut alors tout simplement oublier d’attacher sa ceinture de sécurité, faire des excès de vitesse ou perdre le contrôle de son véhicule. Ainsi, elle met non seulement sa vie en danger, mais également celle des autres.

Cela étant, bien que la limite du taux d’alcoolémie soit fixée à 0,08, notez que la définition de conduite avec facultés affaiblies est bien plus large. En effet, il est connu que le poids d’un individu, son état de santé, son degré de fatigue, son âge ou encore le stress sont tous des paramètres pouvant amplifier l’effet de l’alcool. Aussi, un agent de l’ordre pourrait vous arrêter même si votre taux d’alcoolémie est inférieur à la limite.

Facultés affaiblies et peines encourues

Considérant les répercussions que peut engendrer la consommation d’alcool, les agents de l’ordre ont pour mandat de faire respecter le code de la sécurité routière. Ainsi, peu importe le véhicule que vous conduisez, ils peuvent vous arrêter afin d’analyser vos facultés.

Notez que ces derniers peuvent également procéder même si vous êtes tout simplement assis à la place du conducteur dans un véhicule à l’arrêt ou en panne, endormi sur la banquette arrière et même à l’extérieur à chercher les clés, à déneiger ou à mettre des objets dans le coffre. Cela étant, conformément à la procédure, les agents de l’ordre peuvent vous exiger de souffler dans l’alcootest ou encore vous demander d’exécuter certains mouvements. Il est fortement conseillé d’effectuer ces tests, un refus pourrait engendrer des sanctions plus sévères.

Mais d’ailleurs, quelles sont les sanctions encourues suite à la consommation de boissons alcoolisées? Lors de la conduite avec facultés affaiblies, le code de la sécurité routière ainsi que le Code criminel s’appliquent. Cela étant, les sanctions diffèrent dépendamment du degré d’alcoolémie et des infractions antérieures.

À titre informatif, lors de conduite avec facultés affaiblies, vous risquez une suspension du permis pendant une période s’étalant de 90 jours à 5 ans, une amende, un casier judiciaire et pire encore un risque d’emprisonnement s’il s’agit de récidive.

À cela, notez que vous devrez également doter votre véhicule d’un antidémarreur éthylométrique et suivre le programme d’évaluation et de réduction du risque de conduite avec les capacités affaiblies. Considérant ces faits, pour assurer votre défense, il est fortement recommandé de solliciter les services d’une avocate criminaliste comme Me Martine Thibodeau.

 

 

Recent Posts